★★★★☆ Le joueur d’échecs • Stefan Zweig

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

Un tout petit livre pour les amateurs d’échecs ! Reçu en cadeau, je l’ai dévoré en une soirée et me suis régalée grâce au style immersif de l’auteur. A découvrir ! 

╰☆ Résumé ☆╮

Qui est cet inconnu capable d’en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu’antipathique ? Peut-on croire, comme il l’affirme, qu’il n’a pas joué depuis plus de vingt ans ? Voilà un mystère que les passagers oisifs de ce paquebot de luxe aimeraient bien percer.
Le narrateur y parviendra. Les circonstances dans lesquelles l’inconnu a acquis cette science sont terribles. Elles nous reportent aux expérimentations nazies sur les effets de l’isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges.
Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit le personnage avec une ironie douloureuse, « pourrait servir d’illustration à la charmante époque où nous vivons ».

✿ Mon avis ✿

Petit livre qui est, comme cela est mentionné dans la préface, trop long que pour être publié dans un journal et trop court que pour être considéré comme un « vrai livre ». Il s’agit donc davantage d’une nouvelle que d’un roman. C’est un cadeau que j’ai reçu pour mon anniversaire de mon chéri qui l’avait lu à l’école et qu’il avait beaucoup aimé.

Vu la taille du roman, cela ne vous étonnera pas que je l’ai lu d’une traite, en une partie de soirée J Le livre fait à peine 120 pages (format poche) dont 30 pages de préface qu’il n’est pas absolument nécessaire de lire (car pas des plus reposantes) pour apprécier l’histoire. C’est toutefois intéressant de s’y pencher si vous lisez le livre dans un contexte scolaire ou universitaire car Stefan Zweig fut un homme qui a eu une vie bien remplie et qui a beaucoup écrit. Sa biographie est d’ailleurs notée à la fin de l’ouvrage sur plusieurs pages. Je laisse les amateurs d’Histoire se pencher sur sa vie qui a l’air d’avoir été très mouvementée !

Mais revenons-en au cœur du récit. Le joueur d’échecs raconte l’histoire… d’un joueur d’échecs, nooooon ! Le titre n’est pas trompeur, nous retrouvons bien ici un récit portant sur un champion du monde des échecs sorti de nulle part. Un jeune « fermier » très discret qui va vite se rendre compte que la vie est tout de suite beaucoup plus facile quand on arrive à gagner de l’argent en bougeant des pièces sur un damier qu’en travaillant dans les champs… Il va réussir à gagner de la place dans le monde des échecs de manière fulgurante et va se hisser au titre de Champion du Monde.

C’est lui que nous rencontrons au début du récit lorsque le narrateur monte sur un navire et remarque que le champion se fait photographier avant le grand départ. Le narrateur va vouloir à tous prix faire une partie contre ce grand joueur pendant le trajet mais cela ne sera pas un moment de plaisir comme il l’espérait…

Je ne vous en dit pas trop vu la longueur de la « nouvelle », je ne voudrai pas gâcher le plaisir de ceux qui seraient intéressés par la découverte.

Sachez simplement qu’à un moment, l’auteur quitte l’histoire principale pour se pencher sur tout à fait autre chose (cela est très bien amené). Et cet autre chose s’avérera être en réalité le cœur de l’histoire. Un retournement de situation qui fait également référence au titre et que j’ai beaucoup apprécié.

L’histoire peut, semblerait-il, être lue à plusieurs niveaux. On peut la prendre comme une simple nouvelle ou, pour les spécialistes de Stefan Zweig, comme ayant un lien direct avec sa propre vie vu que l’histoire se déroule à bord d’un paquebot et que Stefan Zweig a justement, à la fin de sa vie, traversé l’Atlantique pour se réfugier en Amérique au terme de la seconde guerre mondiale. D’autres niveaux d’analyses sont également possibles mais je laisse cela aux littéraires qui cherchent à en savoir plus sur la personne qu’est l’auteur.

En résumé, une histoire particulièrement intéressante et très bien écrite. On a envie de continuer la lecture, page après page, pour savoir comment va se dérouler cet affrontement aux échecs. Le style est très immersif. Une fois commencé, c’est difficile de penser à autre chose. Par ailleurs, l’absence de découpe en chapitres facilite la lecture continue puisque l’auteur ne laisse pas le lecteur se reposer !

A découvrir lors d’un trajet en train ou d’une soirée canapé 🙂

Plus d’infos sur Amazon, c’est par ici. 

 

CHRONIQUE #431 – Août 2018 

Titre : Le joueur d’échecs

Auteur : Stefan Zweig
Editeur : Le livre de poche 
Parution : 2013
Nombre de pages : 112 pages
Genre : Littérature

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s