On s’est aimés comme on se quitte • Charlie Wat

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

Capture d’écran 2021-04-24 à 09.07.05

Un road-trip déjanté et rocambolesque, pour l’amour !

 ╰☆ Résumé ☆╮

Denis, 45 ans, est un homme triste. Englué dans ses problèmes de travail, ne sachant plus communiquer ni avec son fils ni avec son père, il voit son existence lui glisser entre les doigts. Quand il apprend par inadvertance que son ex-femme s’apprête à se remarier, il refuse de laisser passer sa chance et s’embarque dans un improbable voyage. Un périple à travers la France au bout duquel il pourrait bien trouver autre chose que ce qu’il cherchait.

On s’est aimés comme on se quitte, c’est l’histoire d’un homme ordinaire, bien décidé à tenter l’extraordinaire pour reconquérir l’amour de sa vie. Un roman drôle et bouleversant, une ode à l’amour et au bonheur.

✿ Mon avis ✿

Un vieux van. Trois comparses… et plus si affinités. Trois générations d’hommes. Le petit dernier de Charlie Wat nous fait partir à l’aventure avec le père, le fils et le grand-père. Trois personnages de la même famille mais que rien ne semble rapprocher. Il y a Denis, cet ex-star du marketing qui est sur la pente descendante. Un homme qui a peur du risque, qui ne dit pas ce qui pense, qui en veut à son père, François, d’avoir été absent la majeure partie de sa vie. François justement est l’inverse de son fils. Bourlingueur, voyageur, une dame dans chaque port. C’est un chatteur qui se trouve des amies en deux temps trois mouvements. Et justement aujourd’hui, sa dernière copine la mit à la porte le laissant sans toit pour dormir… Et puis il y a Ludo, le fils de Denis. 14 ans, un casque vissé sur les oreilles les trois quarts du temps. Des portes qui claquent, des ‘papa tu me fais trop chier’ et autres douces paroles sont devenues des habitudes à la maison… Une maison où il manque cruellement d’une femme pour jouer l’arbitre. Mais cette femme, Sandrine, elle est partie il y a un moment. Et la bombe que Ludo laisse soudain échapper va être le point de départ de ce road-trip rocambolesque.

Si vous n’avez pas encore craqué devant ces personnages si réalistes, laissez-moi vous dire que vous n’en êtes pas au bout de vos peines. Car il y a encore un peu de place dans ce van que vous voyez en couverture. Et il serait dommage de traverser la France sans y rajouter un peu d’ambiance. Et de l’ambiance, ça on peut dire qu’il y en a dans ce roman ! Denis, François et Ludo vont ramasser quelques passagers plus ou moins clandestins, à 2 et à 4 pattes. Et ce n’est pas grâce à eux que les emmerdes vont arrêter de se pointer. Cela va même aller de mal en pis. Mais qu’est-ce que c’est drôle ! C’est déjanté, complètement loufoque à certains moments, le monde entier est contre ces voyageurs… mais on se marre bien. Et puis surtout, on passe un super moment auprès de ces trois hommes qui vont petit à petit arrêter de se taper sur la figure.

Au début, j’ai trouvé que ça manquait un peu de femme. Bah oui, un livre 100% testostérone avec une couverture pareille, ça ne se pouvait pas. Heureusement, le journal de Sandrine vient égayer tout ça et nous donne des indices sur la relation des parents de Ludo. Comment se sont-ils transformés en étrangers, eux qui s’aimaient autant ? On se demande à quel moment ils se sont lassés l’un de l’autre, quand ils ont arrêté de faire attention à l’autre, de ne plus penser aux petits gestes du quotidien qui font toute la différence.

Nominé pour le Prix des Lectrices Charleston 2021, ce livre est drôle et doux. Attendrissant au plus haut point au plus on avance dans l’histoire. On se demande ce qui va encore arriver à nos voyageurs et on espère qu’ils arriveront à leur objectif. Car après tout, c’est l’amour encore et toujours qui est au cœur de ce récit. L’amour d’un homme pour une femme, d’un père pour un fils, d’un fils pour sa nouvelle copine… J’ai passé un super moment et j’ai refermé le livre le sourire aux lèvres. Merci à Charlie Wat pour cette histoire déjantée… et pour le chapitre bonus que je suis bien contente d’avoir découvert à la fin ! xD

 CHRONIQUE #644 – Avril 2021 

  • Titre: On s’est aimés comme on se quitte
  • Auteur : Charlie Wat
  • Editeur : Charleston
  • Parution : 2021
  • Nombre de pages : 313 pages
  • Genre : Contemporain

2 réflexions sur “On s’est aimés comme on se quitte • Charlie Wat

  1. Pingback: [Bilan mensuel] • Mars • 2021/03 | a touch of blue... Marine

Répondre à Rowenabookine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s