Ainsi résonne l’écho infini des montagnes • Khaled Hosseini

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

IMG_0189

9 chapitres déchirants, un récit brutal et fort en émotions!

 ╰☆ Résumé ☆╮

Dans le village de Shadbagh, Abdullah, dix ans, veille sur sa petite soeur Pari, trois ans. Entre les deux enfants, le lien est indéfectible, un amour si fort qu’il leur permet de supporter la disparition de leur mère, les absences de leur père en quête désespérée d’un travail et ces jours où la faim les tenaille. Mais un événement va venir distendre ce lien, un choix terrible qui modifiera à jamais le destin des deux jeunes vies, et de bien d’autres encore…

Après les Cerfs-volants de Kaboul et de Mille Soleils splendides, Khaled Hosseini nous emmène dans un voyage bouleversant, d’un village afghan des années 1950 à la Californie des années 2000, et signe une fresque familiale renversante d’émotion, d’une ampleur et d’une audace inouïes.

✿ Mon avis ✿

Si je devais trouver une analogie à ce livre, ce serait que sa construction ressemble au jeu de morceaux de bois à empiler : Jenga. Brique après brique, nous découvrons des personnages, à un certain moment de la ligne du temps. Nous recevons des indices sur leur passé, leur futur. Puis l’auteur passe à une autre personne. À un autre moment. Parfois des décennies plus tard.

Et contrairement à certains livres de 300 pages qui comptent 40 chapitres, celui-ci est tout à fait inverse. 9 chapitres en tout et pour tout. Je vous le confirme, oui, ce sont de très gros chapitres. C’est un livre dont on s’imprègne, où on ne se précipite pas. Un livre qu’on essaye d’apprivoiser pour en comprendre toutes les ficelles. Petit à petit, on commence à y voir clair.

Au début de ce récit, une petit fille de 3 ans est séparée de sa famille. Son frère qui s’est toujours occupé d’elle est dévasté. Il ne comprend pas comment une telle chose a pu se passer. Comment il a osé faire ça… Abdullah et Pari, deux êtres qui ont du grandir l’un sans l’autre. Que sont-ils devenus ? Entre Kaboul, Paris et San Francisco… des années 50 à 2010, nous voyons se dérouler devant nos yeux le fil de certaines vies. Des vies qui ont été entrelacées à celles de nos deux héros. 

La structure du récit est très particulière. Je ne voyais pas trop où l’auteur voulait en venir en passant d’un épisode à un autre, à chaque fois avec des personnages différents. Pourtant, ils apportent tous leur pierre à l’édifice. Chaque chapitre est toutefois fort en émotions. On ne peut le nier, ce récit est déchirant. 

J’ai un petit peu moins accroché que ses deux autres romans qui m’avaient absolument conquis (Mille soleils splendides et Les cerfs-volants de Kaboul). Toutefois ce livre reste sensible et beau. La patte Hosseini est bien présente. Ses décors, son ‘storytelling’, les relations entre les personnages et surtout ces thèmes forts. Un auteur qui va à l’essentiel, qui publie peu mais rudement bien. Une icône de la littérature afghane.

 CHRONIQUE #689 – Octobre 2021 

  • Editeur : 10/18
  • Parution : 2014
  • Nombre de pages : 504 pages
  • Genre : Littérature étrangère

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s