My Plain Jane • Hand, Ashton & Meadows

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

IMG_0797 

Une réécriture tout à fait délicieuse et parfaite à lire pour Halloween! 

╰☆ Résumé ☆╮

You may think you know the story. Penniless orphan Jane Eyre begins a new life as a governess at Thornfield Hall, where she meets one dark, brooding Mr. Rochester—and, Reader, she marries him. Or does she? Prepare for an adventure of Gothic proportions, in which all is not as it seems, a certain gentleman is hiding more than skeletons in his closets, and one orphan Jane Eyre, aspiring author Charlotte Bronte, and supernatural investigator Alexander Blackwood are about to be drawn together on the most epic ghost hunt this side of Wuthering Heights.

✿ Mon avis ✿

Jane Eyre, les sœurs Brontë, les Hauts de Hurlevants… et ghostbusters, vous aimez ? Ce roman comporte tous ces éléments ! Oui, vous m’avez bien lu. My Lady Jane est une réécriture des plus british et humoristiques. Un livre que j’ai reçu avec une box Owlcrate et que je comptais lire à Halloween l’année dernière mais qui a dû encore patienter quelques temps dans ma PAL… Mais tout vient à point qui sait attendre. Et il faut dire que je regrette un peu d’avoir attendu si longtemps pour le lire car j’ai passé un très bon moment aux côtés de Jane, Charlotte et Alexander, les trois personnages principaux de ce roman un peu fantastique… mais surtout délicieusement british.

Si j’appuie le côté british de ce récit, c’est car j’ai apprécié le style et la plume des trois autrices. Un récit à 6 mains, c’est rare et pourtant, le tout était très cohérent. Je n’ai aucune idée de la manière dont elles ont réussi ce projet mais l’ensemble est tout à fait parfait. Il n’existe pas encore en français et je ne sais pas s’il sera un jour traduit mais je pense que cela risquerai de gâcher le côté si rafraichissant et fun de ce texte. Ce sont justement certaines expressions ainsi que le ton de voix typiquement anglais d’il y a quelques siècles qui fait tout le charme du récit. Je vous recommande donc de le lire en version originale si vous en avez l’occasion. Ne vous inquiétez pas, le vocabulaire est tout à fait abordable.

Jane – Eyre – vous l’avez compris rêve de devenir gouvernante. C’est son souhait le plus cher. Alors lorsqu’elle refuse un poste auprès d’une société exclusivement dirigée par une population masculine qui…chasse les fantômes, sa chère amie Charlotte Brontë n’en revient pas ! Elle qui rêve d’avoir une opportunité comme celle-là ! Ah oui, ne vous avais-je pas dit que Jane voit et peut discuter avec les morts ? Une réécriture qui met la chasse aux fantômes au cœur de son intrigue, original non ? Surtout lorsqu’on voit dans quel décor ces protagonistes évoluent, c’est simplement cocasse.

Une pointe de romance, des références à la pop culture et aux récits classiques qui plaisent aux amoureuses de Mr Darcy, rajoutez à cela des hommes bruns et ténébreux faisant partie d’une organisation pas si secrète qui court après les fantômes… vous avez là un bouquin parfait à lire au coin du feu.

Et pourquoi plain ? En français, on parle de fille ‘ordinaire’, ‘simple’. En somme, une potiche qui n’a pas grand-chose pour elle et que personne ne remarque tant elle se fond dans le décor. Jane. Pourtant, il va lui arriver de grandes aventures à notre chère Plain Jane.

Quant à Charlotte, l’autre donzelle de cette histoire, il faut avouer qu’elle a l’art de se mettre dans le pétrin, de foncer droit dans les gens – tout à fait unladylike – et de savoir ce qu’elle veut. Sauf que elle, elle ne voit pas du tout les fantômes. Alors pourquoi l’organisation-pas-si-secrète aurait-elle besoin de ses compétences ?

Finalement, Alexander Blackwood, notre beau brun ténébreux qui courent après Jane pour ses capacités particulières apporte également une touche de mystère au récit puisqu’il cherche à venger la mort de son défunt père. Avec Charlotte à ses basques et Jane qui continue à refuser ses propositions, le voilà bien loti…

Un triangle (pas amoureux) de personnages tout à fait loufoques dans un décor charmant. Un roman à ne pas prendre au pied de la lettre et à découvrir si vous aimez le côté anglais des récits des sœurs Brontë et de Jane Austen. Une sympathique découverte !

 CHRONIQUE #698 – Novembre 2021 

  • Editeur : HarperTeen / Owlcrate Edition
  • Parution : 2018
  • Nombre de pages : 464 pages
  • Genre : Fantastique / YA (/Historique)

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s