Et soudain, la liberté • Evelyne Pisier & Caroline Laurent

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

IMG_3651

Un puzzle militant & une étrange mais brillante collaboration. 

╰☆ Résumé ☆╮

La France coloniale vit ses derniers feux. Chez les Desforêt, sous la férule d’un père haut-fonctionnaire, on grandit dans l’idée d’une hiérarchie des races et des sexes. Les drames en Indochine, à Nouméa, puis la lecture de Simone de Beauvoir conduiront la mère, Mona, et la fille, Lucie, à s’émanciper. Une liberté conquise à deux, qui conduira au militantisme et à la révolution, jusque dans les bras d’un certain Fidel Castro… Au-delà du roman, il y a aussi cette promesse crépusculaire entre Évelyne Pisier, 75 ans, et Caroline Laurent, 28 ans, leur amitié folle, comme une ultime transmission.

✿ Mon avis ✿

Relique de ma PAL que j’ai acheté en 2018 chez Belgique Loisirs, époque où j’étais encore membre et surtout… où le club existait encore. Ce roman est donc bien entendu sorti en poche entretemps si vous désirez le découvrir.

Il a été co-écrit par Evelyne Pisier, autrice décédée durant la rédaction du roman et Caroline Laurent, éditrice qui a vu en ce texte quelque chose de lumineux qui devait être porté au grand public. Elle a fait tout son possible pour mettre au propre ces notes et pour publier cette histoire si belle et puissante.

J’ai beaucoup aimé l’idée de collaboration entre les deux femmes. Caroline Laurent est très transparente dans le livre, mettant sur papier aussi bien ses pensées que ses doutes face à la publication de ce titre étonnant et ses entretiens avec l’autrice, en live et par email avant qu’elle ne décède. Cela donne un rythme particulier au récit puisqu’on alterne entre la fiction – qui est en réalité sacrement tirée de la vie d’Evelyne Pisier, maitresse de Fidel Castro – et les moments d’édition raconté par Caroline. Les chapitres sont ainsi assez courts et l’on a envie de continuer la lecture.

Au niveau du récit fictif même, j’ai trouvé le début passionnant bien que difficile dans les événements qui se déroulent. On parle de la guerre du Vietnam, de la seconde guerre mondiale, de la France de Pétain et de De Gaulle, des ‘jaunes’ et des ‘juifs’ et bien sûr, de liberté.

Un peu comme un puzzle, on découvre certains éléments de la vie de cette famille petit à petit mais j’ai trouvé qu’il manquait parfois l’image centrale pour vraiment accrocher à cette épopée à travers le temps et l’espace. Les morceaux d’histoire sont peut-être un peu trop distillés au final. Comme si on apercevait des moments de l’histoire d’Evelyne en secret, de façon entrecoupée.

Ce qui est certain c’est qu’il s’agit d’un livre militant. Pour les femmes et leurs droits. Pour leur émancipation. Un livre qui met en avant de nombreux thèmes qui font encore aujourd’hui bataille. L’homosexualité, l’avortement, le droit à l’éducation… Impossible de ne pas voir en ce livre une ode à la Liberté, quelle qu’elle soit.

Un livre fort et particulier. Étonnant dans sa forme et qui mérite sa place dans ma bibliothèque. Mais un livre que je ne relirai probablement pas car il m’a manqué un petit quelque chose pour vraiment adhérer au récit dans sa narration.

 CHRONIQUE #744 – Avril 2022

  • Editeur : France Loisirs
  • Parution : 2018
  • Nombre de pages : 442 pages
  • Genre : Littérature historique

Une réflexion sur “Et soudain, la liberté • Evelyne Pisier & Caroline Laurent

Répondre à ducotedechezcyan Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s