Le Chant des Esprits • Sarah Lark

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

61VJ8YBWp+L

Un superbe périple aux côtés de deux cousines que tout oppose. 

╰☆ Résumé ☆╮

En 1852, Hélène et Gwyneira ont quitté l’Angleterre pour venir s’installer en Nouvelle-Zélande, le Pays du nuage blanc. Au crépuscule d’une vie mouvementée, les deux pionnières, toujours liées, s’inquiètent pour leurs petites-filles, Elaine et Kura, deux cousines que tout oppose. Belle et capricieuse, Kura possède une voix magnifique. Portée par le rêve d’une carrière internationale, elle refuse d’assumer son rôle d’héritière de Kiward Station, le domaine familial, pour se consacrer au chant. Mais le drame couve… Quand Kura rencontre le fiancé d’Elaine, ce dernier tombe aussitôt sous le charme de la jeune métisse. Deux héroïnes fortes qui refusent de subir leur destin et se lancent dans l’aventure pour assouvir leurs rêves, un puissant souffle romanesque… Cette saga confirme tout le talent d’une auteure découverte avec Le Pays du nuage blanc.

✿ Mon avis ✿

Deuxième gros pavé de Sarah Lark et retour en Nouvelle-Zélande auprès de la génération suivante. Le Chant des Esprits est un tome 2, je vous recommande donc de commencer par Le Pays du Nuage Blanc si vous souhaitez partir à l’aventure auprès des moutons. Ce tome-ci en compte beaucoup moins mais on a plein d’autres choses pour nous divertir. Notamment des miniers, la découverte des machines à coudre, des femmes artistes qui refusent de rester des ‘gentilles mères au foyer’ et qui veulent voyager. Bref, pas de quoi s’ennuyer à l’autre bout du monde !

J’ai eu un peu plus de mal à rentrer dans l’histoire en comparaison avec le tome d’introduction. Ici, on suit les pas de Kura la petite fille de Gwyneira qui fut l’héroïne du premier volume. On est donc déjà au pays, plongé dans cette atmosphère. Le côté voyage, amerrissage, découverte de l’inconnu m’a un peu manqué. Et j’ai trouvé les deux héroïnes (Kura, l’artiste chanteuse maori et Elaine, la petite-fille d’Hélène, aussi présente dans le tome 1) un peu moins sympathiques que notre chère Gwyneira.

Mais après quelques chapitres, j’ai renoué avec le plaisir de suivre ces nouvelles dames et j’ai passé un excellent périple à travers les terres et… les histoires d’amour ! On ne manque pas d’hommes séduisants, de demandes en mariage et de tragédies dans ce nouvel opus. Mais heureusement, l’amour n’est pas le seul élément de l’intrigue. Ces dames doivent apprendre à vivre par elle-même, à trouver leur voie, parfois au péril de leur propre vie et moralité.

C’est toujours un plaisir de partir à la découverte d’une autre époque. Ici nous sommes à la fin du XIXème siècle et beaucoup de technologies que nous connaissons n’ont pas encore été inventées… ou sont très peu répandues. Qui plus dans un endroit aussi lointain et isolé.

Plus de 600 pages où le destin de ces femmes se croisent, parfois pour le pire. J’ai préféré la douce et sensible Elaine à la vaillante et indépendante Kura mais les deux femmes ont de quoi faire battre les cœurs. Les hommes qui aimeraient se jeter à leur pieds ne manque pas.

Curieuse de lire le troisième et dernier tome qui attend sagement dans ma PAL puisque j’avais trouvé la trilogie entière dans une boite à livres. En tout cas, la plume de Sarah Lark reste une valeur sûre. C’est agréable, rythmé, trépidant… on ne voit pas le temps passer !

 CHRONIQUE #750 – Avril 2022

  • Parution : 2015
  • Editeur : Archipoche
  • Nombre de pages : 670 pages
  • Genre : Littérature historique

Une réflexion sur “Le Chant des Esprits • Sarah Lark

  1. Pingback: [Bilan mensuel] • Avril • 2022/04 | a touch of blue... Marine

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s