Une colonne de feu • Ken Follett

Capture d’écran 2016-01-14 à 22.45.06

Capture d’écran 2022-11-08 à 15.23.06

Pas la suite que j’attendais mais une belle fresque pour les amateurs d’Histoire! 

╰☆ Résumé ☆╮

✿ Mon avis ✿

Alors que j’avais adoré Les piliers de la Terre et Un monde sans fin, je me suis retrouvée ici dans une situation tout à fait différente. Ken Follett a sorti ce troisième tome bien des années après les deux premiers et je trouve que cela se fait ressentir. Nous sommes loin de la passion et des personnages si charismatiques des deux premiers tomes. C’est d’ailleurs cela qui m’a manqué ici. On ne parle quasiment plus de Kingsbridge qui devient secondaire dans ce volume-ci.

Une colonne de feu est toutefois extrêmement réaliste et amplement fondé sur des faits historiques véridiques. Nous passons des centaines de pages à redécouvrir l’Angleterre et la France du 16ème siècle où les guerres de religions entre protestants et catholiques faisaient l’actualité dans cette partie de l’Europe. On voyage beaucoup aussi, un peu trop même (moi qui aimais tant découvrir ce qui se déroulait avec les héros de Kingsbridge). Espagne, France, Angleterre… et leurs têtes couronnées sont au centre de l’intrigue : Marie Stuart, Elisabeth Ière surtout, sont les têtes d’affiches de ce volume. Elles et leurs espions fictifs qui tirent les ficelles dans cette histoire.

Rien qu’en ouvrant le bouquin, le lecteur reçoit comme accueil une liste de personnages (fictifs et historiques) mentionnés durant le récit… une liste longue de plusieurs pages. De quoi s’emmêler un peu les pinceaux et nous faire perdre le fil de qui est qui. Même si la liste est là pour aider le lecteur, c’est un peu ‘too much’. C’est peut-être à cause de cela (trop de personnages, de lieux, de moments chargés en histoire) que je suis restée passive et extérieure au récit.

Si vous êtes amateur d’Histoire toutefois, vous aurez largement votre compte avec cette belle brique. Ken Follett dresse une fresque impressionnante et comme toujours, il reste un bon conteur. Bataille pour le trône, politique, espionnage et guerre de religions sont au programme. On ne peut nier qu’il a fait ses recherches, cela se sent et se voit.

Une lecture que je ne regrette pas car il clôt un cycle que j’avais hâte de terminer. Mais cela reste de loin celui que j’ai le moins apprécié d’entre les trois. Nous sommes ici dans une autre optique, loin de la passion de Caris et Merthin, de la construction de la belle cathédrale de Kingsbridge. Dommage !

 CHRONIQUE #784 – Novembre 2022

  • Parution : 2020 (pour cette édition)
  • Editeur : Le Livre de poche
  • Nombre de pages : 992 pages
  • Genre : Historique

Laissez une trace de votre passage :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s